Liens


 choux romanesco AMAP Alex

 

Echanger, Partager, débattre, inventer…

Quelques extraits et liens sur le web :

 

Un jour, dans une soirée, une copine m’a présenté un paysan

C’est ainsi que le personnage principal de cette BD, une citadine sensible aux enjeux environnementaux, rencontre un paysan de la Confédération paysanne, Michel. Elle est déçue car il n’a pas de moustache…

Cette BD développée sur un ton humoristique présente de façon simple et pédagogique l’agriculture paysanne et ses 6 thèmes : autonomie, répartition, travail avec la nature, développement local, qualité des produits et transmissibilité des fermes. La BD retrace l’expérience des parents de Michel qui à travers la rencontre de nombreux paysans de la Conf’ essaient de reprendre la main sur leur mode de production et sur le sens de leur métier. A diffuser largement !

 …extrait de : La Confédération Paysanne (Syndicat pour une agriculture paysanne et la défense de ses travailleurs).

 

« Les Amap : sensibiliser à une nourriture de qualité »

« Rendre accessible des produits de qualité au plus grand nombre est l’un des principes des Amap.
Diverses expériences de terrain ont montré que si la question du prix des paniers n’était pas négligeable, elle ne constitue pas le seul frein à l’adhésion de personnes socialement défavorisées. »

« Si le paysan baisse ses prix, au risque de disparaître, convenons que cela ne risque pas de régler grand-chose, sinon mettre un humain de plus au chômage et restreindre encore plus les possibilités de choisir son alimentation. En tout état de cause, si une solution est recherchée (…), cela doit être en dehors de toute culpabilisation de quiconque, et sans faire pression à la baisse sur le revenu du paysan. »

 …extraits de : L’Age de Faire (L’info conviviale et indépendante)

 

Une AMAP est une Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne ayant pour objectif de préserver l’existence et la continuité des fermes de proximité dans une logique d’agriculture durable, c’est-à-dire une agriculture paysanne, socialement équitable et écologiquement saine.

La première AMAP a été créée en 2001. Depuis, le nombre d’AMAP évolue de manière exponentielle, et les AMAP sont aujourd’hui pratiquement présentes dans toutes les régions de France. On en dénombre en France, en 2012, plus de 1600.

Cela représente plus de 50 000 familles et près de 200 000 consommateurs.

…extrait deMIRAMAP (mouvement Inter-Régional des AMAP).

 

 

Le principe est de créer un lien direct entre paysans et consommateurs, qui s’engagent à acheter la production de celui-ci à un prix équitable et en payant par avance.

…extrait de : l’Annuaire des AMAP …

 

 

Terre de Liens expérimente et diffuse des innovations économiques, juridiques, sociales et environnementales pour la mobilisation de foncier en faveur d’une agriculture respectueuse de l’homme et de l’environnement.

…extrait de : Terre de Liens (l’association qui agit près de chez vous …).

 

 

Combien de paysans et paysannes devriez-vous avoir dans votre commune (ou dans une commune proche), si vous relocalisiez progressivement votre consommation alimentaire?

Combien d’hectares de terres agricoles pourrions-nous protéger grâce à cette relocalisation alimentaire si nous installions de nouveaux agriculteurs en bio et/ou nous passions des « contrats de transition vers la bio » avec les agriculteurs conventionnels qui pourraient profiter de notre décision de relocaliser notre consommation ?

La vocation de l’outil de projection que nous vous proposons ici est de donner des éléments de réponses à ces questions.

…extrait deTerre de liens Normandie (« convertisseur » Terre de Liens : pour une réappropriation solidaire des terres au service de nos souverainetés alimentaires).

 

 

Les paniers bio sont en difficulté du fait de la multiplication d’offres, aux méthodes de plus en plus commerciales. L’achat d’un panier bio, militant au début, ne l’est plus autant aujourd’hui. Comme pour la bio en général, il serait temps d’inclure des critères sociaux pour contrer le glissement marchand.

…extrait de : Reporterre (site d’information libre sur l’écologie).

 

 

Manger local et de saison, c’est reprendre contact avec celles et ceux qui nous nourrissent, retrouver la fraîcheur des aliments et les saveurs du terroir. C’est aussi encourager la production alimentaire près de chez soi et, par la même occasion, l’autonomie alimentaire et un partage plus juste des ressources nourricières avec le reste du monde. Manger local et de saison ? C’est du bon sens au fond, pour un retour au sens et au plaisir… de tous les sens.

…extrait de : Colibris (crée en 2007 sous l’impulsion de Pierre Rabhi, et qui se mobilise pour la construction d’une société écologique et humaine …).